Le développement de techniques dites "mini-invasives" en cancérologie rénale a modifié les possibilités de traitement des petites tumeurs rénales (moins de 4 cm). Ces techniques ablatives permettent une destruction in situ du tissu tumoral.

Elles peuvent être proposées, dans certains centres hospitaliers, comme alternatives au traitement chirurgical classique des petites tumeurs rénales, chez des patients pour lesquels la chirurgie apparaît risquée ou peu souhaitable.

La radiofréquence et la cryoablation représentent les techniques ablatives les plus fréquemment utilisées dans le traitement des tumeurs rénales ou de certaines petites métastases. Les techniques d’ultrasons à haute intensité focalisés (HIFU), de thermothérapie micro-onde et d’ablation laser sont encore en phase d'évaluation.

Avec ces techniques, la tumeur ne va pas être retirée mais brûlée, sous guidage (scanner, IRM ou échographie) par une augmentation ou une diminution de la température. Ces nouvelles techniques se font de plus en plus par voie percutanée par rapport à la voie laparoscopique.

La radiofréquence :

Il s’agit d’une technique d’ablation fondée sur la diffusion de chaleur au sein de la tumeur. Les radiofréquences sont des rayonnements électromagnétiques non ionisants de moyenne fréquence entraînant une nécrose par coagulation (100°C). Elles sont appliquées au centre de la tumeur par l’intermédiaire d’une électrode positionnée essentiellement par voie percutanée. L’évolution de la lésion traitée est contrôlée par scanner ou IRM.

La cryoablation /

Il s'agit d'une technique consistant à détruire des tissus cancéreux par l’application locale d’un refroidissement important (-150°C) tout en respectant les tissus environnants. Une sonde de cryoablation est introduite au centre de la tumeur par voie percutanée avec un repérage radiologique (scanner, IRM ou échographique) ou par voie chirurgicale. La congélation du tissu tumoral entraîne sa nécrose (destruction), suivie d’une ischémie (diminution de l'apport sanguin) pendant la phase de réchauffement.

Différentes études ont pu prouver l'efficacité des traitements ablatifs, en particulier de la radiofréquence et de la cryoablation, sur les petites tumeurs rénales.

Elles permettent de préserver le rein, d'envisager un traitement ambulatoire, de traiter des malades présentant un risque chirurgical élevé, tout en diminuant les risques de complications comparé à un traitement chirurgical.

Les indications de ces nouvelles techniques mini-invasives comprennent :

  • Les petites tumeurs rénales corticales (c'est-à-dire à la surface du rein) découvertes de façon fortuites chez des patients âgés.
  • Les malades souffrant de tumeurs bilatérales ou ayant une prédisposition génétique susceptible d'être la cause de tumeurs multiples.
  • Les malades porteurs d'un rein unique et présentant un risque de perte complète de la fonction rénale après une néphrectomie.
  • Les malades à haut risque chirurgical.

Une biopsie percutanée réalisée avant l'intervention est conseillée car elle peut permettre d'apporter une preuve histologique de la malignité de la lésion. Si la biopsie révèle qu'il s'agit d'une tumeur bénigne de petite taille, elle fera l'objet d'une surveillance.

Certaines situations peuvent représenter des contre-indications, comme lors de tumeur centrale ou proche des cavités (en particulier de l’uretère proximal) car l’intervention peut alors se révéler plus délicate.

 

Référence :

Recommandations en Onco-Urologie 2010 : Cancer du rein. Patard JJ, Baumert H, Corréas JM, Escudier B et al, Progrès en Urologie (2010), 20 Suppl. 4, 319-339.

Pour en savoir plus :

Sur le site de l'Institut Gustave Roussy, des vidéos sur la radiofréquence pulmonaire et hépatique.

Voir aussi les présentations du Pr Méjean lors des Rencontre Patients :

et celle du Dr Frédéric Deschamps, médecin radiologue interventionnel à Gustave Roussy, en 2013 "Les traitements loco-régionaux actuels et à venir".

Dernière mise à jour 18 septembre 2015.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Chercher uniquement dans des sites web
de santé HONcode de confiance :